Interview n°3 : Solène Andersen Cooper

Rédigé par Louise Morens Aucun commentaire

Date : Mai 2050
Cadre : écriture des mémoires qui seront référencées à la base principale et à la bibliothèque interstellaire
Lieu : Ferme Cooper - Terre
Reporteur : Mochcouoh Tabua - Veilleur historien

 

Q : Votre époux vous appellent régulièrement « jeune fille », quel âge avez-vous ?
R :
73 ans…

Q : Comment l’avez-vous rencontré ?
R :
J’ai rencontré Jack lors d’une enquête dans une zone protégée. Même si l’arrivée de cette météorite a engendré beaucoup de mauvais souvenirs, cette enquête reste l’un des plus beau moment de ma vie.

Q : Pourquoi pousser votre époux à écrire ses mémoires ?
R :
Bronwen a raison, nous avons vécu tant de choses bonnes comme mauvaises, nous avons vu tant d’horreur et tant d’endroits magnifiques, qu’il serait égoïste de ne pas les partager. Jack est une légende, non seulement sur la Terre, mais aussi pour l’Ordre des Veilleurs et même sur d’autres planètes comme Métanélie, pour ne citer qu’elle. Nous avons le devoir de transmettre nos souvenirs pour aider les générations futures.

Q : C’est pour cette raison que vous êtes devenue Veilleur ?
R :
En partie. Après l’Année perdue, je ne trouvais plus vraiment ma place sur la Terre et j’avais envie de voyager. La proposition de Brangwen fut une aubaine. Je n’allais plus imaginer les autres planètes à travers les récits de Jack, j’allais les découvrir par moi-même. J’allais rencontrer d’autres peuples, d’autres coutumes, comment refuser une telle offre ? De plus, Jack rêvait depuis longtemps de voyager de nouveau, ses yeux pétillaient lorsqu’il nous racontait ses missions, même Alwinarth n’avait pas été dupe lorsqu’il avait permis au Pradès de décoller. Nous allions pouvoir voyager ensemble, tous les 4, avec Alex et Baptiste.

Q : Vous avez aussi écrit vos mémoires, ainsi que M. Bridger. J’ai lu le récit de votre rencontre, les descriptions de vos sentiments sont très précis, vous en souvenez-vous réellement ?
R :
Nous avons réellement décrit ce que nous avions ressenti. Je me souviens de cette soirée et des jours qui ont suivi comme si c’était hier. Je dois tellement à Alex.

Q : Comment avez-vous procédé pour écrire cette histoire, je veux dire pour décrire vos points de vue respectif sur chaque moment ?
R :
C’était assez simple, nous discutons souvent du passé. Nous nous réunissons l’après-midi autour de la cheminée devant la pierre de feu ou dehors lorsque le temps le permet, devant une tasse de thé ou une tisane et nous nous remémorons le passé. Nos petits enfants aiment que nous leur racontions nos aventures, comme ils les appellent. Eleonora a pris des notes et a remis en forme nos récits sans toucher à la façon dont nous l’avons raconté ce soir là, chacun notre tour, nous avions donné notre version. Celui-là est pour moi l’un des plus émouvant, j’ai appris des choses sur ce qu’avait ressenti Alex. J’ai aussi beaucoup ri en me remémorant le sorcier qui l’avait figé lors de ma première mission sur le terrain, je n’avais jamais pensé qu’il aurait pu être imprudent, j’avais toujours cru qu’il n’avait simplement pas été assez rapide.

Q : C’est aussi de cette manière que vous avez procédé pour les autre récits ?
R :
Pour celui qui concerne ma rencontre avec Jack et par la même occasion ses retrouvailles avec Alex, c’est effectivement le cas. Pour celui qui concerne la rencontre entre Baptiste et Charlie, Baptiste a autorisé Eleonora à lire le journal de Charlie, j’ai ajouté ce qu’avait ressenti Catherine. Elle m’avait aussi donné accès à ce souvenir. Il m’était revenu en mémoire lors de la cérémonie d’hommage aux héros de la guerre oubliée. Je l’avais raconté à Baptiste et il avait décidé de l’ajouter aux mémoires de Charlie. Il t’en parlera sans doute bien mieux que moi.

 

Interviews précédentes :



Écrire un commentaire

Capcha

Enter image code

Fil RSS des commentaires de cet article